Le pouvoir de l'hypnose; l'imagination au pouvoir

L'aventure d'une renaissance

 

 

Suis-je hypnotisable? C'est une question que beaucoup me posent à notre première rencontre. Je leur demande alors s'ils sont parfois dans la lune, distraits ou concentrés sur quelque chose. "Evidemment..."me répondent-ils surpris. 

"Alors nous allons pouvoir travailler ensemble"...parce que l'hypnose est le fruit de l'imagination et non pas d'une suggestion provenant d'une autre personne.(imheb.be).


 Je n'ai aucune imagination!

 

"Vous savez, je vous le rappelle,  je n'ai aucune imagination" me rappelait   un monsieur  très sérieux qui venait pour la troisième fois. Il m'avait déjà dit cela à la première séance mais ne l'empêchait pas d'avancer. Je ne remettais de toute façon pas cette affirmation en question: c'est ce dont il était persuadé, inutile de le contredire. Mon but n'est pas de contraindre les gens mais bien de les accompagner.

 

Mon plus grand traumatisme...

 

Il ajouta: immédiatement: "je réalise que mon plus grand trauma est sans aucun doute d'être né  auprès de parents qui ne voulaient pas de moi."

Alors que je l'invitais à se souvenir intensément, avec tous ces sens,  d'une randonnée dans la nature qu'il avait aimé enfant. Je lui proposais d'imaginer de terminer cette promenade dans une jolie petite maison dont il m'avait précédemment parlé. Dans cette maison, il serait accueilli par des parents chaleureux.

Il y recevrait un bon bol de soupe (était-ce une bonne idée? oh oui!) et serait entouré de douceur et de gentillesse. Au cours de la randonnée lui et son père auraient parlé de choses différentes- entre hommes. Le papa aurait aussi expliqué combien sa mère et lui avaient été émus et heureux de sa naissance.

 

 

Je suis en train de renaître...

 

"Qui pourraient être ces parents?" Le monsieur était très intensément  concentré et ne me répondit pas. Comme le silence se prolongeait, je lui demandais:"Où en êtres-vous maintenant?"

"Je suis entrain de renaître!" me dit-il de manière solennelle.

 Avec beaucoup d'émotions, je l'ai accompagné dans sa renaissance: il a été posé sur le ventre de sa  bonne mère  imaginaire qui pleurait de bonheur en lui parlant et le caressant. Son  bon papa a coupé le cordon, une fois que celui-ci ne battait plus. Il a imaginé le collostrom descendant dans sa gorge...le réconfort d'être blotti là...

 

Tout a changé!

 

A la quatrième séance, le monsieur sérieux était devenu radieux. Il avait le visage lisse caractéristique d'une personne délivrée de son vécu traumatique..."

"Tout a changé!" me dit-il. "J'ai ravivé plusieurs fois ce que nous avons fait. J'ai même continué l'histoire. Et j'ai cette merveilleuse  certitude intérieure de m'être construit grâce à de bons parents!"

 

 

 

 

 

 

Je songe souvent à ce monsieur car, grâce à lui, si quelqu'un me dit qu'il n'est sans doute "pas réceptif" ou "sans imagination", je me dis, en souriant intérieurement, qu'il va se surprendre lui même!